Est-ce que Fractal est politique ? J’aime à penser que oui. De par la nature des joueurs qui s’y retrouvent : souvent des litteraires (en tout cas qui aiment écrire et lire), souvent en marge de la pensée commune (en tout cas, pas sur l’autoroute de la pensée classique), … Fractal fut un jeu politique dès sa création. En tout cas ce fut ma première motivation… il y a 20 ans… de lancé un tel bouzin.

Rien qu’avec son background de base : on a ruiné la planète la planète et on est condamné à essayer de survivre comme des clodos ! En 2000 c’était pas encore trop d’actualité : on parlait certes de la disparition des baleines et de l’affaiblissement de la couche d’ozone, mais vouloir parler de ça en soirée te classait directement en lourdingue néo-hyppie. J’vous raconte pas comme c’était compliqué avec les filles avec une telle étiquette.

Et puis aussi par mon éternel idée que Fractal n’est pas un jeu (huhu) et qu’il s’agit là d’une expérience sociologique qui cherche à expérimenter les différents modèles politiques et sociaux. Ok, ok, sur ce coup là, je me touche un peu la nouille… mais bon, à mon age, on fait avec ce qu’on a.

Et enfin de par sa genèse. Fractal a été insufflé par l’exitation qu’avait provoqué en moi la lecture de la trilogie des Fourmis de Bernard Werber et de son Intraworld.


La Trilogie des fourmis (Broché)

Prix habituel 19,90 €
Neuf: 19,90 € En stock
Utilisé à partir de: 18,90 € En stock
acheter maintenant

Tout cela pour dire que oui, pour moi, Fractal est un jeu politique. Avec des conclusions des foireuses, des raccourcis tarabiscotés et une communauté bien provoque.

Pourquoi on vote pour le même genre d’homme politique partout dans le monde ?

Qu’est-ce qui fait qu’on suit tel ou tel abrutis ?

Jusqu’où allons nous nier l’évidence de ce qui va nous tomber sur le coin de la gueule ?

Bon, Fractal répond à aucune de ces questions. Mais j’m’en fou. Pour moi, Fractal est un jeu politique.

C’est pour cela que je vous annonce que le Fract Art, va avoir sa catégorie politique. Vàlà.

Oui : tout ça pour ça.

J’suis content.

Leave a Reply